Méthodes d’études de la biodiversité :

Le mot biodiversité est composée à partir des mots biologie et diversité. Le mot biodiversité est un néologisme composé à partir des mots biologie et diversité. La biodiversité désigne la diversité du monde vivant au sein de la nature.

Les scientifiques pour étudier la biodiversité le font à l’échelle locale.

Quand on est sur le terrain, on boucle un périmètre pour observer la biodiversité se trouvant sur celui-ci (exemple : sur une pelouse sèche sur un sol de calcaire ou une zone humide près d’un ruisseau ou la biodiversité sera très différente).

Ensuite, on recense les différentes espèces présentes. On note l’indice d’abondance qui indique la surface recouverte par cette espèce par rapport à la surface totale étudiée(voir exemple de tableau de recensement ci-dessous):

On peut faire de même avec les végétaux.

Les scientifiques pour étudier la biodiversité, le font aussi à l’échelle mondiale

Le scientifique T.Ewin a recueilli les insectes sur une espèce d’arbres de la forêt tropicale de Panama. Il a recensé 1200 espèces de Coléoptères (= insecte à quatre ailes dont les deux supérieures (les élytres) sont rigides et impropres au vol ) dont 162 spécifiques à l’arbre. Il a réalisé alors une extrapolation (=déduction ou généralisation à partir de données connues) en tenant compte du nombre d’espèces d’arbres et de la proportion des Coléoptères au sein des insectes pour arriver au chiffre de 30 millions d’espèces d’insectes existant sur Terre.

De même, le 5 septembre 2009, une équipe de scientifique est partie pour une expédition de 3 ans sur tout l’océan pour étudier les écosystèmes (=ensemble formé par une communauté d’êtres vivants et par leur environnement avec toutes ses composantes : géologie, sol, hydrologie, climat…). Cependant après leur expédition, ils pensent que les écosystèmes planctoniques restent encore à découvrir. Seulement 1% des espèces de plancton sont connues.

Au niveau mondial, la variété des écosystèmes est évidemment plus forte encore. Les scientifiques considèrent que différentes zones sont à protéger prioritairement car ils possèdent une diversité spécifique exceptionnelle.

Germain Lecorgne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s