La sismologie : une passion

La sismologie :

La sismologie, étudie les séismes (tremblement de terre) et plus généralement la propagation des ondes à l’intérieur de la Terre .

Sur ces images sont représentés les station disposées dans différents endroits du globe :


Le métier de sismologue consiste à surveiller les séismes à l’échelle internationale.

Voici quelques enregistrement fait pendant la journée:

Pour en savoir plus, nous avons interviewé deux sismologues :

Liliane JENATTON (ingénieur de recherches au CNRS de Grenoble)

– Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

« En fait, je ne suis pas arrivée là directement, j’ai fais des études en géologie car je suis née à la montagne et je voulais savoir comment les montagnes ont été crées. Mais il n’y avait plus de place en géologie, alors je suis rentrée en sismologie, ce qui m’a permis de garder un lien avec la géologie ».

– Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ?

« Cela fait 25 ans que j’exerce ce métier ».

– Quelles études avez-vous suivies ?

« Il faut suivre des études d’ingénieur et de chercheur ».

– En quoi consiste votre métier?

« Je suis responsable technique du réseaux Sismalp, si besoin je dois aller sur le terrain pour regarder si les stations fonctionnent correctement et je suis chargée de les réparer si nécessaire ».

– Quels sont les avantages de ce métier ?

« C’est vivre quelque chose de passionnant, mais si ce n’est pas le cas ce n’est pas intéressant ».

– Et les inconvénients ?

« Il faut être disponible 24h/24 au cas ou un grand phénomène se produirait ».

– Quel est le phénomène le plus important que vous ayez connu ?

« C’était le tsunami du 26 décembre 2004. Vous avez dû voir des images de la grande vague qui a ravagée l’Indonésie, la Thaïlande. La faille a bougée sur 1100km. On a pu observer un mélange d’ondes qui ont fait le tour du globe. Les ondes avaient une telle amplitude que la Terre a eu des pulsations ».

– Par quel(s) moyen(s) pouvez-vous être prévenu quand un phénomène se produit lorsque vous n’êtes pas au laboratoire ?

« Un système d’alerte nous envoi un signal sur notre téléphone mobile ».

– Quel matériel utilisez-vous ?

« Nous travaillons la plupart du temps sur des ordinateurs où nous calculons les emplacements des ondes P* et des ondes S*. Nous utilisons également différents types de sismomètres : Le sismomètre vertical qui est très sensible et qui converti les ondes en tensions électriques, ainsi que le sismomètre trois composants qui utilise trois traces du mouvement du sol dans plusieurs directions : vertical, horizontal Est et horizontal Ouest qui permettent de capter les mouvements provoqués par les séismes ».

François THOUVENOT (physicien des observatoires de Grenoble)

– Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

« Au début, je voulais simplement travailler dans la glaciologie pour découvrir l’Antarctique car depuis tout petit j’ai toujours voulu y aller, mais arrivé au CNRS de Grenoble on m’a proposé de travailler dans la sismologie et j’ai accepté. Finalement, je suis quand même allé en Antarctique lors de mon service militaire (rires) ».

– Depuis quand exercez-vous ce métier ?

 » Je suis physicien des laboratoires depuis 2000, avant, de 1982 à 2000 j’étais maître de conférence dans un institut physique ».

– Quelles études faut-il faire pour parvenir jusqu’ici ?

 » J’ai fait des études de physique pendant deux ans puis je suis allé dans un institut physique globe durant trois ans où j’ai étudié la géophysique et la sismologie ».

– Quels sont les avantages de ce métier ?

 » Il y a plusieurs avantages comme travailler dans les laboratoires ou sur le terrain, rencontrer des collègues étrangers, assurer la surveillance des séismes pour être prévenu à l’avance et pouvoir contacter les services de secours. On ne sait jamais ce qui va se passer dans l’heure ! »

– Quel sont les dangers du métier ?

 » Les dangers sont diverses, ce sont des dangers liés aux séismes durant l’intervention à cause des répliques*, le plus gros séisme que mes collègues ont vécu était celui de 1981 en Algérie, dans un cas comme celui là il vaut mieux dormir dans une tente mais mes collègues sont allés dans un hôtel et ils n’étaient pas rassurés ! Il y a aussi le travaille en montagne où on peut tomber à tout moment mais globalement ce n’est pas un métier très très risqué ! (rires) »

Lexique :

Ondes P : Ce sont les ondes primaires, c’est à dire les premières ondes ressenties.

Ondes S : Ce sont les ondes secondaires, c’est à dire les ondes suivant les ondes primaires.

Répliques : secousses ressenties après un séisme.

Justine, Juliette, Johanne et Émeline

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Séisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s