Vivre avec le loup dans le Vercors

Pourquoi les loups sont –ils revenus dans le Vercors et quels problèmes posent-ils ?

Les loups sont revenus dans le parc du Mercantour en 1992 puis en 1995 dans le Vercors, 56 ans après leur disparition officielle, en 1937 dans le Limousin. C’est un couple de loups qui est revenu d’Italie en 1992. Ces loups sont protégés par la Convention de Berne en 1979, mais malgré cela ils sont toujours en conflit avec la population locale, à cause de leurs nombreuses attaques contre les troupeaux de moutons. La population est divisée en deux, ceux qui sont contre la défense des loups, principalement les éleveurs, et ceux qui sont pour leur défense. Dans le Vercors, au dessus de Villard de Lans, un loup a été abattu par des éleveurs par ce que ce loup tuait des moutons. Le 27 aout 2010 Nicolas Sarkozy a autorisé l’abattage des loups pour réguler la population des loups.

 

Point de vue des éleveurs : Le loup est responsable de bien d’autres pertes et dégâts que l’administration ne reconnaît pas. Il s’agit des brebis disparues et dont on ne retrouve jamais le cadavre. Il y a des répercussions sur le travail de sélection effectué sur le troupeau aux cours des années, qui, à chaque perte, est remis en cause d’autant plus si l’attaque intervient sur les mères qui attendent un petit. Les éleveurs perçoivent les défenseurs des loups comme des gens qui ne disent rien ou n’importe quoi.

Point de vue défenseur des loups : Les défenseurs des loups saluent leur retour comme un événement biologique positif qui nous offre l’occasion de repenser notre relation à la vie sauvage.

Pour aider les bergers, le chien Patou est le chien qui protège les troupeaux des loups. En France, ils n’étaient plus utilisés depuis la disparition du loup. Mais depuis quelques années, le loup est protégé et il cherche donc  à se nourrir. Les chiens de protection ont donc fait leur réapparition pour  soulager les bergers.

 

Après une attaque de loup sur un troupeau l’éleveur est indemnisé.

En moyenne l’éleveur reçoit 140 euros par cadavre d’animal. Cette indemnité varie selon l’année mais aussi l’animal.  

sources : manuel geographie première edition belin 2007

                 livre « Le loup, sujet tabou des administrations » par Edition Hesse

Chapelain Alexis, Morin Emeline, Rault Nolwenn, Esnault Romane, Le Brun Coline

Publicités
Cet article a été publié dans Environnement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vivre avec le loup dans le Vercors

  1. esnaut nathalie dit :

    Bravo pour cet article intéressant qui donne matière à débat … de plus les fautes d’orthographe y sont rares (humour)…
    B

  2. Morin Ghislaine dit :

    Au cours de vos recherches, avez-vous eu une information sur le nombre de loups présents dans le Vercors ?
    Bravo pour votre article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s